Article – La Zimmerit – Texte et photos Eric Peytavin et André Brochu

La zimmerit

Substance anti-magnétique, composée de différentes substances non magnétiques comme le plomb et le zinc, mélangée à un adhésif et appliquée sur la plupart des blindés allemands, à partir de la fin de 1942. Ce mastic était censé protéger les Panzers des mines magnétiques, amplement utilisées par les Soviétiques et la plupart des troupes alliées. Cette mixture était apposée en usine ou sur le terrain sur toutes les surfaces vulnérables du tank, toutes les zones lisses horizontales et verticales en étaient amplement recouvertes.

Pour les modélistes de blindés allemands, la réalisation de la zimmerit est synonyme de complication. En effet, trop peu de « Panzerfiles » dotent leurs tanks de zimmerit. Il y a dix ou vingt ans la réalisation de cette substance était beaucoup plus complexe, mais aujourd’hui avec la gamme de nouveaux produits qui s’offre à nous, la complexité est moindre. Cependant la réalisation peut s’avérer difficile et les novices risquent de l’éviter. Les modélistes chevronnés n’osent pas pour autant tenter l’expérience, ce qui s’avère très dommage. Il existe pour les rusés, des modèles « zimmerités », citons Italeri ( Panther Ausf A, Tigre Ausf I E), ou encore des moulages comme ceux de chez VLS pour Panther et Tigre, des planches de zimmerit de chez Acurate Armor, ainsi que les nouvelles réalisations de Cavalier… Et enfin, nombre de techniques personnelles à base de divers putty disponibles sur le marché.

Matériaux et méthodes de réalisations

a) Matériaux.

Plusieurs matériaux s’offrent à nous, la majeure partie des mastics peuvent être utilisées, cependant il faut distinguer ceux à séchage rapide de ceux à séchage plus lent, afin d’anticiper la période de modelage. Dans la catégorie des rapides, on retrouve tous les « puttys » des grandes marques, comme ceux de Tamiya, Testor, et les fameux « Green & White putty » de chez Squadron Signal. Personnellement, j’éliminerais les deux premiers, car leur temps de séchage est trop rapide et une reprise devient un calvaire, une fois appliqués, on peut toujours les retravailler en les aspergeant de colle liquide, comme celle de Testor, utilisée ici comme un retardateur, aidant à ralentir la prise du putty, cette méthode s’applique à toutes les marques citées ci-dessus.

Enfin, la catégorie à séchage lent, on retrouve le Miliput (3 sortes), et le Zimmer-It de chez R@J Products. Ces derniers répondent très bien aux exigences recherchées, car la période de maléabilité est assez longue (3hrs env.), avec un certain avantage car ils peuvent être lissés au contact de l’eau, ce qui en fait des matériaux forts intéressant. Il est vrai, qu’ils sont chers à l’achat, mais leur quantité est suffisant pour au moins le façonnage de dix tanks, l’entreposage de ces produits est très important, ils aiment bien le frais, le frigo devient rapidement leur villégiature après usage.

b) Méthodes d’applications.

Là encore plusieurs méthodes nous sont offertes, pour les besoins de cet article, nous en retiendront deux: celle de la pyrogravure, et celle des mastics. La pyrogravure s’avère la méthode la plus risquée car irréversible, cela veut dire que le modèle sera perdu si la malchance se met de la partie ! Il ne faut tout de même pas la bannir, car elle demeure la première méthode employée pour la réalisation de la zimmerit. L’effet est assez réaliste, mais attention cependant au réglage de votre pyrograveur: une trop forte pression occasionnera un trou, ainsi que de trop légers contacts feront apparaître des « cheveux » de plastique, l’idéal reste un pyrograveur à température variable afin d’obtenir le summum dans cette approche. Vous retrouverez de plus amples informations dans le numéro spécial de FineScale Modeller « Modelling The Second World War », paru en janvier 1995, aux pages 98 et 99, chez Verlinden dans ses Verlinden ways et bien sur dans les guides de Sheperd Paine.

La méthode des puttys appliqués, comme son nom l’indique résulte en une simple application de putty sur la surface du modèle qui sera travaillée afin de donner l’aspect ciselé de la zimmerit. L’utilisation de putty à séchage rapide reste assez complexe à cause du temps de travail relativement court. Dans un article du Tamiya magazine, Brian Wells expliquait brièvement sa technique, utilisant le White putty de chez Squadron Signal. Après avoir hachuré son modèle au crayon, il appliquait 2 bandes de ruban adhésif de part et d’autre de l’espace délimité, et remplissait l’espace vide avec du putty, qu’il appliquait de manière uniforme, puis avant le séchage final, à l’aide d’un tournevis, il commença les rainures et répéta l’opération autant de fois que cela fut nécessaire.

Enfin, voici la recette la plus employée, celle du Miliput. Cette firme offre 3 sortes de puttys, ayant chacun une consistance lui étant propre. Il y a le blanc (à grain extra fin), le gris (grain moyen) et enfin le jaune, avec sa consistance un peu plus grossière, c’est d’ailleurs le plus rigide (mon préféré). Selon des modélistes de renom comme Sheperd Paine et Tony Greenland, il faut avant toute application, rendre la surface du modèle rugueuse, afin que le miliput se fixe bien à la surface du modèle, il faut toujours garder en tête que le miliput ne réagit pas avec le plastique, donc aucune combinaison « moléculaire » n’aura lieu, contrairement aux autre puttys, qui réagissent au contact du plastique en se liant à lui. Une fois le ponçage effectué, il suffit d’appliquer généreusement le miliput de votre choix et tenter de l’étaler de manière uniforme sur toutes les surfaces à recouvrir de zimmerit. Trop de zimmerit occasionnera une perte des échelles originelles de la maquette, ainsi qu’une couche trop mince serait tout aussi ridicule.

Certains nous dirons : « Comment fait-on avec les détails apparents du kit ? » Et bien, il suffit de bien délimiter les zones à « zimmériter » dans un premier temps, puis masquer tous les détails (emplacements pour d’autres pièces, trous, crochets, orifices…) avant l’application, avec du ruban adhésif ou du maskol, ainsi que d’être muni d’une bonne documentation sur le modèle qui sera ainsi habillé. Quelques marques se sont souciées de leur clientèle, offrant sur leurs plans des schémas montrant les zones où l’application de la zimmerit est requise, c’est les cas pour Tamiya, Academy, Dragon. Existe-il des outils permettant la réalisation des rainures de la zimmerit ? Oui, les seuls qui l’ont fait à une grande échelle, c’est Tamiya avec ses Zimmerit Coating Applicator, (ITEM : 35187), ils s’avèrent très utiles, car on peut les adapter sur la plupart des supports de lames (X-ACTO). Tamiya offre plusieurs largeurs pour l’application, allant de 0.5cm à 5cm. Les plus petits sont forts intéressant, car il ne faut pas perdre de vue que la zimmerit était appliquée de manière plus ou moins uniforme, et que les « bandes » n’étaient absolument pas égales, ni même parallèles ou encore rectilignes. Une fois le miliput étendu, il vous suffira de le lisser avec un peu d’eau, puis vous metttez vos talents de sculpteur à contribution.

Représentation de la zimmerit

Nous avons répertorié les cinq motifs appliqués de zimmerit les plus souvent rencontrés, comme vous pourrez le constater avec les photos ci-jointes. En effet, chaque Panzer était habillé d’un manteau de zimmerit, qui lui était propre et souvent exclusif. Les Allemands ont munis leurs chars de combat à partir de 1943, de cette fameuse pâte anti-magétique. Souvent par rapport à leur utilisation sur le champ de bataille, les Panzer IV Ausf G, H, J, furent les véhicules qui ont bénéficiés de ce traitement de faveur en plus grand nombre. Ils ne furent pas les seuls, les Panthers Ausf. D, A, G, les Tigres I Ausf. E, les Tigres II Ausf. A, B, mais aussi les Jäggers (chasseurs), comme le Tigre « Ferdinand » (Elephant), les Sturmgeshutz III Ausf. G, les Stug IV, les JagdPanther, les JagdTiger, mais aussi les Brumbär, les SturmTiger complètent les heureux élus « zimmérités », avec quelques autres FlakPanzer sur chassis de Pz IV. Cette énumération se veut exhaustive et demeure incomplète devant un éventuel oubli.

Bibliographie

Une documentation diverse et fournie augmentera les chances de réussite de l’application de la zimmerit, car elle vous aidera à une meilleure identification du motif à réaliser. André Brochu Eric Peytavin de Garam.

Sources :

GREENLAND Tony. Panzer Modelling Masterclass, Londres, ed. Windrow & Greene, 1996. 128p.
SHEPERD Paine. Modelling Tanks and Military Vehicules, Waukesha, ed. Kalmbach Books, (1982) 1990. 76p.
FineScale Modeller, Modelling The Second World War, Waukesha, ed. Kalmbach Books, 1996. 102p.

Ouvrage spécifique :

Chamberlain Peter & Doyle Hilary L. Encyclopedia of German Tanks of WWII., London, Arms & Armour Press, 1978. 272p.

Ouvrages de références :

Spielberger Walter J. Sturmgeschütz & Its Variants., Atglen, Schiffer Military/Aviation History, 1993. 253p.
Spielberger Walter J. Panzer IV & Its Variants., 1993 163p.
Spielberger Walter J. Panther & Its Varaints., 1993 283p.
Jentz Thomas L. German Panther Tank. The Quest For Combat Supremacy., Atglen, Schiffer Military/Aviation History, 1995. 156p.
Trojca Waldemar. Tank Power. Panther Vol. I, II, III, IV. , Gdansk, AJ-Press, 1999-2000.
Feist Uwe & Culver Bruce. Panzerkampfwagen Panther. , Bellingham, Ryton Publications, 1995. 270p
Culver Bruce & Feist Uwe. Tiger I, Sturmtiger in Detail. , Ferndale, Feist Publications Inc., 1994. 167p.
Culver Bruce & Feist Uwe. Schwere Panzer. Königstiger, Jagdtiger, Elefant. , Bellingham, Ryton Publications, 1998. 170p
Devey Andrew. Jagdtiger Vol.I. The Most Powerfull Armoured Fighting Vehicule of WWII, Technical History , Atglen, Schiffer Military History, 1999. 139p.
Devey Andrew. Jagdtiger Vol.II. Operational History. , 1999. 304p

Article - Le Zimmerit - Texte et photos Eric Peytavin et André Brochu

1 thought on “Article – La Zimmerit – Texte et photos Eric Peytavin et André Brochu”

  1. Salut. Très intéréssant l’article sur le zimmerit… mais des questions me chicottent… vers la fin de la guerre ,le zimmerit était appliqué en usine avant la peinture rouge oxyde ou après ? Si c’est après, le zimmerit gardait alors sa couleur d’origine ? Donc quand les gars camouflait sur le terrain avec du dunkelgelb ou olivegrün, le zimmerit non couvert par le nouveau camo gardait sa couleur d’origine sauf si il était couvert par du red oxyde ???  Et de quelle couleur est le zimmerit?? Vu la situation de l’allemagne durant la deuxième partie de la guerre, ça devait varier ???

    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *