Article Véhicule T-55 A – Sylvain Miron

Manufacturier : Tamiya

Référence : No.257

Échelle : 1/35

Texte, maquette et photos par Sylvain Miron

INTRODUCTION :

Le montage de ce T-55 A, était tout simplement pour un concours interne pour les membres du club. J’avoue que j’ai eu un plaisir fou à le monter, car le calibre des membres est très élevé et cela vous donne le choix de vous dépasser et d’essayer n’importe quoi pour finir avec un résultat tout a fait satisfaisant, pour moi cela l’a été en tout cas. Je vais maintenant commencer à vous expliquez comment j’ai fais ma base.

LA BASE :

Pour la plupart de mes bases j’utilise du polystyrène. Je trace un motif avec un crayon et ensuite je le coupe à ma guise avec une scie à chantourner, je peux donner à celle-ci n’importe quelle forme. Ensuite, j’utilise un papier sablé rigide pour enlever toute les anomalies laissés par la coupe et pour la finition j’utilise un papier très fin afin de lui donner un fini plus lisse.

La scène de la maquette, s’est déroulée pendant la guerre du gulf dans les années 1990. Afin de reconstituer cette scène, j’ai utilisé du sable très fin pour le terrain. Ensuite vous mélanger de l’eau et de colle blanche, incorporer le sable avec ce mélange, et brasser le tout. Pour ce qui est de la finition, avant de l’étendre sur la base, on ajoute de la pierre pour simuler des roches (j’ai utiliser de la litière à chat non agglomérant.) Ensuite vous étendez le tout sur votre base en polystyrène, faite attention que le mélange ne soit pas trop riche en colle et eau, si non vous pouvez toujours enlever l’excédent avec un essuie tout. Si il est trop sec vous pouvez toujours préparer un mélange de colle et d’eau et l’asperger avec une bouteille à vaporiser sur votre base. Quand la base est à votre goût, vous la laisser sécher un bon trois à quatre heure et vous vous préparer à faire les trace de chenilles, de roues, ou les traces de pas s’il y a lieu.

Pour la peinture, après que tout a sécher pour au moins 24 hrs, j’ai utiliser un xf-57 buff de Tamiya, c’est la couleur du sable. J’utilise ensuite mon air brush pour peinturer au complet la couche de base, sans trop rentrer dans les détails. Pour les roches, j’ai utiliser une couleur qui ressemble à un gris foncer à gris pâle, j’ai peinturer chaque petite roche (cailloux) individuellement. La prochaine étape consiste à finir la base en m’assurant de ne pas trop couvrir les roches pour leur laisser un fini grisâtre. C’est à ce moment la que je reprend mon buff pour terminer cette étape. Allez y avec modération car cela pourrait cacher tous les détails de la base. Le contour de la base est ensuite peinturé avec la couleur xf-1 noir mat.

LE MONTAGE DU T-55A :

Le T-55A est fabriqué par Tamiya. Le montage fût très simple, je n’ai pas utilisé de photo découpe, je l’ai monté (out of the box). Il y a seulement quelques pièces que j’ai refait en aluminium et en fil de cuivre, tel que l’aile avant gauche et les pares main sur la tourelle et quelques pièces des boites à outils à l’arrière gauche.

LA PEINTURE DE BASE :

Pour la peinture, j’ai utilisé la marque Tamiya en acrylique et de la peinture à l’huile d’artiste. Juste un petit conseil, pour les peintures d’artistes, acheter seulement les peintures de base et ensuite créer vos propres couleurs, c’est plus économique. Vous pouvez vous les procurez chez Walt-Mart ou Omer de Serre. La base du T-55 je l’ai peinturé au complet de couleur Desert Yellow (XF-59) même les roues. Ensuite j’ai peinturé le caoutchouc des roues noir. Afin de pouvoir finir la peinture de base, j’ai diluer du noir mât (xf-1) avec de l’alcool a friction, environ 50/50 pour remplir toute les crevasses du véhicule. Cette étape lui donne un ombrage plus foncer. Je termine ensuite, en lui redonnant une autre couche plus fine sur toute la surface du véhicule avec la couleur xf-59 Desert Yellow.

LA ROUILLE :

Avant de passer à la rouille sur le véhicule, j’ai utilisé un outil très pointu comme des pinces à cil de chirurgien pour faire des égratignures sur toute la superficie du tank afin de démontrer l’usure.

Pour la deuxième partie, j’ai utiliser de la poussière de rouille que j’ai étendue avec un vieux pinceau dans tout les recoins du véhicule, car la rouille se loge à des endroits peut accessible. Pour créer cette poussière de rouille, j’ai récupéré un vieux morceau de laine d’acier que je trempais dans l’eau et je l’ai laissé sécher, et j’ai répété cette procédure à plusieurs reprises jusqu’à ce que j’obtienne de la poussière de rouille.

Afin de réaliser des coulisses de rouille, j’utilise de la peinture d’artiste et de l’essence à briquet. Pour commencer je fais le mélange de couleur afin de réaliser une couleur rouille. Lorsque celle-ci est réalisée, je prend une minime quantité que je dépose dans un petit récipient et je mélange le tout avec de l’essence à briquet. Les proportions pour le mélange sont d’environ 80% d’essence et de 20% de peinture. Ensuite utilisez un pinceau pointu et humectez le dans la solution. Cibler l’endroit ou vous désirer avoir des coulisses, utiliser uniquement la pointe du pinceau, ensuite vous n’avez qu’à toucher la partie supérieure ou vous désirer avoir votre coulisse et le tour est joué.

LE SALISSAGE :

Pour la plupart de mon salissage, j’ai utilisé des mixtes de peinture d’artiste et de l’essence a briquet. J’ai utilisé la même technique pour le salissage, que pour faire la rouille. Pour les couleurs de salissage, j’ai utilisé des teintes plutôt foncées tel que du gris, noir et du brun. L’usage des couleurs est vraiment superficiel, il ne faut pas trop en mettre car cela aura l’effet contraire, cela cachera les détail du dessous.

LE TRAIN DE ROULEMENT ET LES CHENILLES :

Nous allons commencer avec le train de roulement, tout d’abord j’ai effectué le montage des roues. L’étape suivante, consiste à faire des entailles avec un X-Acto sur la paroi, qui en réalité est en caoutchouc. On oubli souvent ce petit détail, car dans la vrai vie il y a beaucoup de ce caoutchouc qui décolle dû au terrain accidenter. Pour ce qui est de la peinture, j’ai utilisé le même procéder que pour la coque et la tourelle, seulement j’ai peinturé en noir mat (XF-1) la partie caoutchoutée des roues. Maintenant passons au chenilles, pour la base j’utilise la peinture gun métal (X-10), ensuite je procède avec de la poussière de rouille avec un pinceau et pour finir j’effectue un salissage de rouille sur toute la surface des chenilles. Noter bien, que dans le diorama, le véhicule est stationnaire depuis plusieurs mois et c’est pour cela que le métal des chenilles est rouillé.

LA FINITION :

Au tout début, j’ai installé le tank sur la base et j’ai préparé un mélange de 40% XF-57 Buff et de 60% d’alcool à friction pour donner un léger voile de poussière sur tout le véhicule. Faite attention de ne pas en mettre trop, car cela pourrait cacher certains détails auquel vous avez consacré tant de temps afin de le rendre le plus réaliste possible. Sûr ce, je vous laisse avec quelques photos supplémentaire du travail terminé.

Article Véhicule T55-A - Photos

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *