Canon automoteur Ardelt Waffentragger Pak 43 88mm 1ère partie – Franck Edet

Nom du modèle : Ardelt Waffentragger Pak 43 88 mm
Fabricant : ADV/AZIMUT Productions
Numéro référence : 048
Échelle : 1/35
Niveau de difficulté : Expert
Type de matériaux : Résine, Plastique Thermoformé, Plastique Injecté, Métal, Photodécoupe
Nombres de versions proposées :
1 Véhicule.
Master par : T Greenland
Nombre de figurines : aucune
Décalcomanies : aucun
Instructions : faible
Emballage : moyen, 1 photo.
Prix : Can. $125

Historique :

Le Waffentragger fut le dernier automoteur produit par les usines du Reich en Avril 1945. Ce véhicule devait être développé afin de remplacer, à terme, l’artillerie tractée par de l’artillerie automotrice. Les spécifications imposent que le canon soit démontable sans équipement extérieur et doit offrir une rotation sur 360 degrés ainsi qu’un réglage de site de -8 à +45 degrés. La protection doit être mobile avec un blindage de 20mm à l’avant et 10mm sur les flancs, le tout avec une silhouette la plus basse possible. Le projet reviens à Krupp qui sous-traite auprès de Ardelt et Steyr pour le chassis et Rheinmetall pour le canon. Steyr met au point un prototype basé sur le RSO, mais c’est Ardelt qui remporte le contrat en Août 1944. Léger, petit et économique sa conception simple permet une production accélérée le moteur et la transmission sont placés à l’avant droit tout à côté du poste de conduite. Le second prototype sera construit sur un châssis de pz38T et la production devait être sur châssis de Pz38D (pour deutschland).

Le seul exemplaire connu encore visible aujourd’hui est gardé au musée Russe de Kubinka et fut capturé lors de la bataille pour Berlin. Il est probable que ce modèle est un début de série car il diffère des prototypes au niveau de la chaise de route du canon et de son train de roulement. C’est ce modèle qui a servi de référence au manufacturier français Azimut pour développer son kit.

Le Kit :

Azimut nous propose ici un kit bien alléchant sur bien des points de vues, d’une part la rareté de ce véhicule, de l’autre la réputation de qualité liée aux créations de Mr Tony Greenland.
Malheureusement Azimut ne nous livre pas la marchandise ici. Le kit (bien qu’à un prix rébarbatif !) est extrêmement complexe et comporte de nombreuses corrections à apporter afin de pouvoir en sortir un modèle aux normes actuelles. Le moulage est excellent mais mon kit fut probablement démoulé trop tôt et de nombreuses traces sont visibles dessus, le capot moteur entre autres est clairement enfoncé de plus une des charnières a quitté son logement et s’est recollée en plein milieu ce que je réussirai à remettre en bon ordre aux dépend de mes nerfs …

Montage du canon :

Celui ci se fait sans trop de problèmes (si ce n’est de réussir à déchiffrer le « plan » car aucune numérotation n’est présente) mais nécessitera que vous possédiez des photos de l’exemplaire de Kubinka (à venir dans la deuxième partie de cet article) attention cependant lors du décarottage des pièces en résine car elles sont très fragiles et seule la patience vous permettra d’arriver à les garder entières !
De plus de nombreux essais à blanc sont à prévoir afin de vérifier les bons alignements et passages divers d’autre part, certains détails sont absents comme le déclencheur de tir ou encore la boîte de rangement du système de visée, il faudra donc utiliser le scratch pour les réaliser. en scratch également il faudra réaliser les retours latéraux de blindages absents également du kit et pourtant visibles sur toutes les photos, ceux-ci seront réalisés en Plasticard Evergreen de 0.5 mm.
Il faudra prévoir également de « scratcher » certains détails « omis » sur le bouclier comme les deux crochets en haut à droite ainsi que la petite boucle visible en haut à gauche du bouclier, d’autre part des attaches seront à prévoir afin de recevoir des patins de chenilles sur les deux côtés du bouclier comme visibles sur l’une des photos d’époque précédentes.

Montage de la caisse et du train de roulement :

Après bien des déboires avec le décarottage le montage peut commencer :
première constatation l’écart entre les roues n’est pas correct, mais il est impossible de le corriger sans refaire au complet le système de ressorts à lames … nous corrigerons donc ce qui est possible !
Donc les galets de retour sont trop hauts et doivent être rabaissés de 3 bons mm … et sont donc pris sur le sommet du système de suspension ceci nous permettra de respecter l’abaissement original visible sur les photos d’époque.
Les barbotins doivent être copieusement enlevés à l’intérieur pour laisser le passage aux dents des patins de chenilles (à moins d’enlever celles-ci au niveau du barbotin) les roues de tenseurs arrières fournies sont percées de 12 orifices, ceux-ci doivent être ramenés à 6 afin de correspondre encore une fois aux photos d’époque.

C’est au montage des barbotins que je me suis rendu compte que, une fois en place, l’espace entre eux et les garde-boues ne permettrai pas le passage des chenilles : j’ai donc percé dans la caisse 1.5mm plus bas que l’emplacement prévu et j’ai placé dans ces trous de la tige en métal mou. Ceci me permettra, comme je le découvrirai par la suite, de pouvoir aligner correctement l’ensemble de roulement au complet ! En effet si on garde celui du montage « out of the box » il sera impossible de passer les roues au centre des dents de chenilles …. pour finir avec les barbotins une barrette de boulons « Grandt Line » est suposée faire partie du kit mais elle brillait par son absence dans le mien, je les ai donc refait en extrudé evergreen hexagonal.
Armez vous donc de patience pour monter le train car ce n’est pas du « tamiya ». Les roues proviennent du kit Dragon du bison et pour être correctes doivent être arrasées de tous les boulons sur le pourtour ainsi que de toute trace de bande roulement en caoutchouc, d’autre part la face cachée des roues étant creuse il faudra remplir le vide avec du putty. Il est ici affligeant de constater que Azimut n’a même pas la descence de nous fournir des roues de leur production et correctes, à la place ils piochent dans des kits plastiques courants qui, bien que très bons, ne sont pas du niveau que l’on est en droit d’attendre d’un kit à ce prix !

Poste de conduite :

Le poste est bien sûr simplifié à l’extrême vu l’urgence du développement de l’engin, et c’est ce qu’à respecté à la lettre Azimut en nous fournissant ici une version Simplifiée de chez Simplifiée ! En effet aucun levier de direction n’est inclus dans le kit ni de levier de boîte de vitesse, le tableau de bord correspond à celui visible sur les photos de kubinka.
La plaque de protection articulée du conducteur est ….. absente de mon kit et je fus obligé là encore de la réaliser moi même. Ce n’est pas que cela me pose de gros problème mais, au risque de me répéter, à ce prix on est en droit d’attendre beaucoup mieux ! Il faudra réaliser également deux supports à patins sur le côté gauche de la caisse au niveau du poste de conduite. Enfin le phare Notek fourni devra être remplacé par un gros phare goutte d’eau, visible sur les photos en début d’article.

Suite à la 2e partie.

Photos Article 1ère partie

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *