Char lourd polonais IS-2M – Patrick Bernier

IS-2m, 3ième compagnie du 4ième régiment de chars lourds Polonais Allemagne 1945

Texte et photos : Patrick Bernier

Matériel : Dragon JS-2m Stalin # 6804
Photodécoupe Eduard # 35116
Chenilles friulmodelissmo
Échelle : 1/35
Matière : Plastique, métal blanc.
Figurines : Tamiya et inconnue
Références : Stalin’s Heavy Tanks 1941-1945, Concord publications 7012
Eastern Front part 1, Kagero publications

Pour trouver des idées de dioramas, la plupart d’entre nous se réfèrent à de nombreuses photos d’époque. Ce fût mon cas lorsque je m’embarquais dans ce projet. C’est en consultant mon livre Stalin’s Heavy Tanks 1941-1945 publié chez Concord que je suis tombé sur cette fameuse photo d’un char Stalin traversant un pont écroulé. Déjà au premier coup d’oeil, la photo avait toute une gueule. Je me suis alors donné comme défi d’essayer de la reproduire le plus fidèlement possible. La structure simple du pont allait achever de me convaincre.

La photo représente un IS-2m de la 3ième compagnie du 4ième régiment de chars lourds Polonais traversant une rivière quelque part en Allemagne en 1945. Plusieurs photos ont été prises à ce même emplacement. J’en ai repéré au moins trois différentes. Celle-ci était la plus intéressante en raison des décorations du blindé.

Le Dio : Afin de ne pas me décourager trop rapidement, j’ai décidé de commencer par la construction de la base du diorama. J’ai d’abord fait un cadre en balsa autour de ma planche de base afin de retenir plus facilement la résine. Ensuite, j’ai sculpté les falaises dans du  » styrofoam « . J’ai collé des feuilles de plastique ayant une texture  » brique  » sur les deux extrémités afin de créer mes murs de soutènement. Le sable a été fixé avec de la colle à papier peint. Une fois le tout en place, j’ai peint la base en noir afin d’uniformiser le tout avant peinture et ainsi faciliter le jeu d’ombres et de lumières. J’étais donc prêt à me lancer dans la fabrication du pont.

Au départ, je ne suis pas un fervent de la construction en  » scratch « . Je dirais même plus que je déteste ce médium. Je redoutais donc grandement cette étape. Par contre, tel que mentionné précédemment, la structure simple de ce dernier allait me faciliter la tâche. Une fois le pont monté, je dus passer à l’étape cruciale : la coupure ! En effet, raison pratique, j’ai décidé de monter le pont au complet pour ensuite le couper. Après des heures d’ouvrage dans un tel projet, le simple fait de démarrer la perceuse vous fait un pincement au coeur et crée une certaine anxiété… et si je bousillais le tout ??? Le tout s’est finalement bien passé et la structure a bien résisté aux vibrations de la perceuse.

Une fois le pont en place, j’ai coulé du plâtre de Paris afin de créer le lit de la rivière. Le pont y est solidement ancré. L’eau a été peinte en Kakhi Drab tamiya (XF-52) avec des reflets kakhi (XF-49). Pour les billots, j’ai utilisé des branches de sapins de Noël accumulé durant les fêtes. Ils ont été fixés à la colle blanche. Une fois le tout peint, j’ai passé un voile de Buff Tamiya (XF-57) afin d’uniformiser le tout. Le reste de la finition a été fait aux pastels et à l’huile.

Pour réaliser l’eau, j’ai d’abord coulé une couche de résine. Une fois le tout bien sec, j’ai réalisé les vaguelettes avec du gel acrylique Pébéo. Ce dernier ressemble à de la vaseline lors de son application mais devient translucide en séchant.

Le Kit : Le Stalin est un kit Dragon sorti il y a déjà quelques années. Le kit du IS-2m étant plutôt rare, je me suis rabattu sur la version chinoise. Il s’agit du même modèle. La seule différence constitue en l’ajout d’une mitrailleuse Dshk. Le kit fournit les décalques pour la version russe de la seconde guerre. À la base, ce kit contribua à créer la réputation de Dragon. Il s’agit d’un kit excessivement bien détaillé (texture de fonderie réaliste) et le montage se fait les yeux fermés. Pour augmenter le détaillage j’ai ajouté l’ensemble de photodécoupe Eduard. Ce dernier est d’abord conçu pour le kit Italeri/Zvezda, mais il s’adapte sans problème au modèle Dragon. Pour augmenter le réalisme, j’ai changé les chenilles pour des Friulmodelissmo flexibles. Ces dernières permettent un meilleur ajustement au terrain.

Peinture : Le choix de peinture pour ce type de véhicule ne laisse guère le choix de la couleur : le traditionnel vert russe. L’ensemble du kit fut peint avec de l’acrylique Tamiya coupée à l’alcool à friction. Les pastels sont entrés en jeux après la couleur de base. Le tout a été ensuite soumis à un voile de Buff (XF-57) Tamiya. Par la suite, j’ai passé un jus de peinture à l’huile (Raw umber) et Térébenthine. Quant aux décorations, elles proviennent de la planche de décalcomanies fournies avec le livre Eastern Front publié par Kagero. La bande blanche de reconnaissance aérienne, typique des chars russes de la fin de la guerre, a été peinte à l’Humbrol avec un large pinceau. Les photos d’époque démontrent bien que c’est l’équipage qui s’occupait de cette tâche entre deux combats. L’aérographe aurait été trop parfait.

Figurines : La figurine sur le char provient de la boîte Tamiya Russian Army tank crew # 35214. Cette dernière semble un peu plus petite que l’échelle 1/35, mais offre une excellente qualité de gravure. Tamiya s’est beaucoup amélioré sur ce point. Quant à l’observateur, je l’ai déniché sur ebay avec des mécaniciens russes. Elle est moulée en une résine de faible qualité et j’ignore le fabricant. Par contre, une fois nettoyée, elle a fière allure ! Les deux ont été peintes à l’acrylique Tamiya et à l’huile.

Conclusion : Oui, ce projet fût un de mes plus longs. Toutefois, je suis assez fier du résultat final. C’était la première fois que je tentais de reproduire une photo d’un véritable événement. J’ai bien aimé l’expérience et aimerais bien recommencer une autre fois. On ne sait jamais d’où proviendra la prochaine source d’inspiration !

Char lourd polonais IS-2M - Montage photos

 

1 thought on “Char lourd polonais IS-2M – Patrick Bernier”

  1. Ça c’est du beau travail, je me souviens quand je l’ai vu pour la première fois en « personne » il m’avait beaucoup impressionné , très réaliste comme sur la photo à deux ou trois personnages près. Bravo Patrick. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *