Chasseur Lockheed P-38 L – Serge Dompierre

Lockheed P-38 L de Monogram échelle 1/48 monté tel quel peinture Humbrol Silver no 11 décalcomanies Micro Scale. Chasseur bimoteur bipoutre de L’USAAF.

Le modèle représente le P-38L du Major Thomas McGuire du 431e escadron de chasse du 475e groupe de chasse de la 5e Force Aérienne basé à Laé en Nouvelle-Guinée en Décembre 1944.

Le P-38 Lightning et ses dérivés sont utilisés sur tous les théâtres d’opération de la Seconde Guerre mondiale par l’USAAF. Grâce à son important rayon d’action, il se distingue notamment dans le Pacifique. C’est avec cet avion que le premier-lieutenant Rex T. Barber (en) abat le G4M Betty qui transporte l’amiral Isoroku Yamamoto au-dessus de Bougainville.

En Europe, sur l’ETO, les P-38 servent au sein de la 8th USAAF et de la 9th USAAF. Plus au sud, ils servent au sein de la 15th USAAF qui opère sur le MTO. C’est l’arrivée de ce chasseur sur le théâtre d’opération européen qui permet le bombardement avec escortes de villes allemandes éloignées. En effet, sa distance de franchissement surclasse nettement celle du Spitfire ; il est le seul capable d’escorter les bombardiers au-dessus de l’Allemagne ou de l’Autriche jusqu’à l’arrivée du P-51 Mustang. Les Allemands le surnomment Gabelschwanz Teufel, signifiant « diable à queue fourchue ».

Parmi les nombreux pilotes de P-38 ou dérivés, on retrouve le pilote-écrivain français Antoine de Saint-Exupéry, qui disparaît au cours d’une mission Ajaccio-Chambéry, avec son F-5B-1-LO le 31 juillet 1944. Il y a aussi les deux pilotes américains de la Deuxième Guerre mondiale ayant abattu le plus d’avions ennemis : Richard I. Bong (plus grand as américain de l’histoire avec 40 victoires, toutes sur P-38) et Thomas Mc Guire (second plus grand as, 38 victoires, toutes sur P-38), tous deux sur le théâtre d’opération du Pacifique.

Lockheed P-38 - Galerie photos

 

 

3 thoughts on “Chasseur Lockheed P-38 L – Serge Dompierre”

  1. Ces spécifications étaient ambitieuses pour l’époque et eurent leur équivalent monomoteur, qui allait mener au P-39. Une équipe formée autour de Hall Hibbard et Clarence Kelly Johnson, au sein de la firme Lockheed, se pencha sur le problème.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *