Panzer IV H – Franck Edet

Sujet : Panzer IV H tardif #635 12SS, été 1944

Références :  » 12th ss Hitlerjurgend  » éditions Heimdal

Modèle : Tamiya

Détails :

Eduard : planche de super détaillage lot de bord et accessoires

Eduard : Schurtzens

Canon : Jordi Rubio

Chenilles : Dragon

Figurine : Warriors (du set  » German tankers in leather uniforms »)

Historique du modèle

Pour une première fois je décidais non pas de m’inspirer de photos mais bien de reproduire un véhicule précis. À ce petit jeu les nerfs sont mis à rude épreuve lors de la phase de recherche de documentation sur le sujet, la loi de murphy voulant que toutes les images trouvées lors d’autres recherches ne soient plus accessibles quand on en a besoin. Heureusement pour moi je trouvais une bonne masse de documentation dans mon livre sur la hitlerjurgend au combat (éditions Heimdal, non-censuré). Mon choix se portait sur le char #635 que l’on pouvait voir sur de nombreuses photos prises lors de manœuvres en Flandres avant la montée en ligne de la division, ces photos sont particulièrement intéressantes car les blindés sont neufs et n’ont pas encore subit les outrages du combat, d’autre part, ces photos étant destinées à la propagande elles sont de très bonne qualité.

Montage

Tamiya nous offre ici un excellent kit même monté directement de la boîte (voir à ce sujet l’article de Louis David Plourde). Malgré tout le kit peut encore être amélioré sur bien des points par l’adjonction de photodécoupe pour de nombreux détails. Le premier point est avant tout de réaliser les schurtzens (plaques de blindages latérales amovibles) qui sont curieusement absentes du kit bien que fournies pour la tourelle … Eduard rempli ce vide en nous gratifiant d’un très beau kit comprenant les attaches, les portes pour les schurtzens de tourelle, et bien sur les schurtzens elles-mêmes.

Bien que simple à vue d’œil le montage des divers sous ensemble composant les schurtzens devient vite un casse-tête si on suit la méthode d’Eduard à la lettre, ainsi pour les plaques de tourelle il est beaucoup plus simple d’assembler les attaches aux bons endroits à l’intérieur des schurtzens avant d’avoir collé les attaches à la tourelle, ainsi vous aurez tout de suite les bons angles. L’autre kit Eduard concerne toutes les attaches du lot de bord, le rail de visée circulaire, le pointeur de tourelle, les obturateurs pour la traversée de rivières etc … une vrai foule de détails en plus croyez moi ! si vous n’aimez pas jouer avec la photodécoupe … oubliez cette référence car les pliages minuscules sont nombreux et variés !

Zimmerit

La zimmerit est réalisée en suivant ma procédure habituelle : le « Polyfilla Crack filler« , vendu en tube ce produit sert initialement à lisser ou reboucher des trous et fissures dans nos murs, il s’agit d’une pâte blanche, prête à l’emploi, et séchant assez rapidement, une fois sèche elle peut être ponçée, gravée, peinte … un tube vous fournira de quoi zimmeriter la moitié d’une division au 1/35 …. Je procède de la façon suivante : Je travaille par zones d’environ 4 cms à chaque fois.

J’enduis une zone d’une couche d’environ 1/8 de mm, puis je lisse cette couche avec une spatule  » maison  » en carte plastique, dès qu’une fine peau s’est formée sur le dessus (moins d’une minute) je travaille le motif avec un tournevis de précision en l’appliquant dans le sens désiré. Si je suis satisfait du résultat je passe à la zone suivante sinon je râcle le tout et je recommence. Une fois le modèle recouvert adéquatement et le polyfilla bien sec et dur je casse cette couche par endroits pour simuler les zones ou la vraie zimmerit à souffert, j’en profite également pour enlever les zones ou des accessoires vont devoir être collés (comme les supports de schurtzens par exemple). Il ne reste plus qu’à finir de monter le modèle et le peindre ….

Peinture

La peinture ! mon domaine favori !!! c’est sur ce point que je  » trippe  » vraiment, le montage, le détaillage je le fais mais bon … par contre quand arrive le temps de sortir les pinceaux et l’airbrush là un grand sourire s’affiche et mes yeux se mettent à pétiller. Sur ce modèle j’ai quelque peu innové en effet ici pas de pastels du tout, le travail s’est fait uniquement aux enamel ModelMasters et ensuite aux huiles d’artistes.

Donc voici les étapes dans l’ordre

En premier j’ai réalisé le schéma de camo global avec mon AZTEK 470 (j’entends de nombreux modélistes chialer après lui … je peux vous dire que après un Paatsche et 2 badgers … je n’ai jamais eu de meilleur airbrush entre les mains j’en tire ce que je veux !) les couleurs de base sont : dunkelgelb, shokoladen braun et du russian armor éclairci d’un peu de dunkelgelb (pour améliorer le contraste avec le brun) A ce stade le modèle n’est pas très beau à voir et tous les détails sont comme gommés, c’est toujours un petit pincement au cœur car tous les efforts mis dans le montage ne sont plus visibles mais … la suite va tout faire sortir ! Rendu à ce point, et avant les lavis traditionnels, j’ai appliqué deux filtres colorés : l’un jaune et l’autre légèrement vert en procédant comme suit : J’ai dilué une pointe d’huile jaune dans 50 gouttes de diluant à peinture pour obtenir un diluant teinté puis j’ai passé cela à grandeur sur le véhicule. Une fois sec (24 h mises à profit sur la figurine) j’ai recommencé avec du vert de vessie dans les mêmes proportions. Ces filtres sont faits pour donner de la profondeur aux couleurs de base. Ensuite j’ai parsemé mon modèle de tout petits points blancs et jaune cassé pour étirer ceux-ci vers le bas jusqu’à ce que les couleurs soient  » blendées  » ensemble, cela donne une décoloration des teintes dûe au soleil, la pluie etc … Une fois sec (48 h …. Figurine !) les scratchs sont apparus, je les ai travaillé au cure-dents et au pinceau 5/0 tout neuf avec du  » gunmetal  » de ModelMaster quelques rayures sont réalisées en jaune sombre pour simuler celles qui n’auraient pas porté jusqu’au métal.

Ensuite j’ai peint mon échappement en  » rust  » de Testors. Viennent les lavis (oui oui j’ai bien dit LES lavis) le premier est très léger et à base de Raw Umber, un deuxième , plus prononcé, en noir puis un troisième franchement sombre en Burnt Sienna, ce dernier est réalisé avec un pinceau très fin et uniquement pour les zones les plus marquées. Il est copieusement appliqué à l’échappement pour foncer la texture créée en putty tamiya lors du montage. Un autre jus très sombre (burnt sienna + noir) est appliqué au train de roulement ainsi que dans la boue accumulée sur les bas de caisse et sur les schurtzens. Rendu là le modèle commence à avoir de la gueule et serait presque fini … et non il n’a pas l’air assez fatigué pour mon goût, j’ai donc repris les petits points blancs et jaunes mais uniquement sur les surfaces horizontales cette fois … pour obtenir un véhicule en dégradé de nuances du haut vers le bas. Quelques brush sont réalisés aux huiles afin de rehausser quelques détails avec un mélange  » à l’œil  » de jaune, blanc et burnt sienna. Les bandages caoutchouc des roues sont traités en brush aux huiles avec un mélange gris jaune. Les parties en bois (manches d’outils, base du jack etc …) sont traitées à ce moment encore une fois aux huiles uniquement : burnt sienna, jaune et blanc en travaillant la peinture dans le frais afin de mixer les couleurs directement sur la partie à peindre, ceci me permet d’avoir des nuances différentes pour chaque item .

Finitions

Après avoir laisser reposer et sécher correctement (un bon gros 4 jours) je reprends le flambeau pour faire les finitions, une coulure ici, une trace de rouille là etc … un peu de graphite de crayon de plomb sur certaines zones pour simuler le métal à nu. Même si je passe pour un fou grave je pratique comme suit : le modèle à ce stade est collé sur sa base et je le traîne à peu près partout avec moi, et ce dès le déjeuner et jusqu’au souper voir juste avant de me coucher (non il ne me suit pas au lit …) je fais quoi avec mon modèle en balade ? simple : je le regarde sous toutes ses coutures et dans des lumières différentes, je note tous les points qui me semblent à améliorer et je les travaille doucement dans la soirée, toujours en y allant très progressivement, (une erreur signifierait quasiment tout reprendre à zéro) C’est aussi à ce stade que je colle l’antenne (j’en ai fait 6 pour celui ci avant d’être satisfait) . Je passe environ deux semaines avec quelques fois juste un petit coup de pinceau dans la soirée mais je pense que le résultat vaut le coup d’avoir l’air plus puéril que mon fils non ?

Panzer IV H - Photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *