« La crevaison » – Véhicule Ford GPA – Mario Julien

Époque : Seconde guerre mondiale
Maquette : Tamiya 1/35
Montage : Out-of-box
Texte et photos de Mario Julien

Voila un kit qui date pas mal, je ne vous le fais pas dire. Ce kit Tamiya a été édité il y a un bon bout de temps, et même pour un montage sorti de boîte, il demande passablement de travail.

Les figurines du kit ne sont pas si mal, cependant le remplacement des têtes par celles fabriquées par Hornet est avantageux pour un meilleur résultat. Les mains du conducteur étant surdimensionnées, j’ai décidé de les peindre en brun afin de figurer une paire de gants.

Le GPA (General – Purpose – Amphibian) est un véhicule amphibie d’un gabarit beaucoup plus petit que le DUKW, c’est un peu l’équivalent de la légendaire Jeep, mais en version amphibie.

Contrairement à son homonyme la schwimmwagen allemande, l’hélice de propulsion est

Pour le reste, c’est un montage out of box sauf en ce qui concerne les phares que j’ai évidés pour peindre l’intérieur en aluminium et mettre par la suite une goûte de colle blanche dans la cavité. Cette colle devient transparente et figure très bien le verre.

J’ai fait un préombrage en noir sur les lignes de structure du véhicule, mais celui-ci demeure très peu visible étant donné le vert plutôt foncé que j’ai utilisé. Il faut dire qu’au départ mon vert n’était pas si mal et que le préombrage était visible, mais les vernis utilisés par la suite ont fait en sorte de rendre la teinte beaucoup plus foncée. Les acryliques Tamiya ont été utilisés pour peindre l’ensemble, sauf en ce qui concerne les banquettes, le tableau de bord et les pneus pour lesquels j’ai fait usage d’acryliques pour artisanat au pinceau.

L’empoussièrement a été effectué avec des pigments en poudre MMP à sec ou fixés avec de l’essence à briquet.

Le pot d’échappement traité aux pigments.

Le pare-brise a eu droit également à un traitement aux pigments directement appliqués à sec au pinceau, la zone où se déplace l’essuie-glace a aussi été traitée, mais plus légèrement. Je trouve cette façon de faire plus réaliste que de laisser cette zone complètement propre comme l’on voit souvent sur les maquettes.

La saynète qui ne devait pas être trop grosse étant donné la petitesse du véhicule est composée d’un bord de chemin de terre battue dont l’accotement longe une section de mur de maçonnerie. Un petit arbre, des arbustes et de l’herbe complète le tout.

L’arbre présent sur ma petite saynète est un arbre bon pour la santé! En effet, sa confection oblige à manger des fruits, c’est-à-dire des raisins. Le squelette de l’arbre est composé d’une grappe que j’ai laissé séché après avoir profité de ses fruits. Comme ce squelette est un peu frêle, j’ai donné du volume au tronc et aux branches en utilisant des résidus de sachet de thé, eh oui encore de la récupération maison pas chère. Il suffit de laisser sécher vos sachets de thé après utilisation et de récupérer les feuilles et les moudre en poudre. On applique de la colle sur les zones de la grappe où l’on veut donner du volume et on soupoudre notre poudre de feuille de thé. On répète l’opération jusqu’à ce que le volume obtenu soit satisfaisant. Autre utilité de cette poudre, elle peut servir à la confection des sols. Lorsque le tout est sec, nous avons un tronc plutôt granuleux sur lequel je viens apposer une fine couche de pâte à modeler (pâte à modeler bien ordinaire pour enfant). Sur cette pâte fraîchement étalée, nous pouvons graver des stries et crevasses nécessaires pour représenter l’écorce.

Une fois la pâte à modeler bien sèche (le lendemain), elle devient dure comme de la pierre, mais il est encore possible avec une petite lime ou le Dremel de la retravailler. En séchant, la pâte a tendance à craqueler, mais ceci apporte une touche de réalisme additionnel, si le fendillement est trop prononcé, il suffit d’un petit ajout de pâte à modeler ou de Polyfilla et le tour est joué. À cette étape, on se rend compte cependant qu’une grappe de raisin manque de ramification pour représenter un arbre convenable. Si nous avons sous la main du zeeschuim, on peut alors palier à ce problème, mais comme ici au Québec c’est une denrée plutôt rare, j’ai dû me rabattre sur une autre alternative.

J’ai découvert dans mon jardin une alternative un peu plus grossière, mais avec du feuillage fait avec du persil, ça fait bien l’affaire. Il s’agit de récolter les épis floraux produits par les Hydrangées (nom commun : Hortensia) à la fin de l’été. On les récolte à l’automne lorsqu’elles ont séché, c’est-à-dire lorsqu’elles sont devenues brunes.

Il faut enlever tous les pétales de l’inflorescence, ce qui constitue pas mal de boulot. Les petites ramifications restantes peuvent alors être collée à différents endroits sur notre grappe de raisin pour ramifier le tout.

Pour la teinte du tronc et des branches, j’utilise des tons de gris et de brun. Pour le feuillage, il suffit d’appliquer de la colle en bombe sur les ramifications et d’y soupoudrer des feuilles de persil émiettées.

Pour ce qui est du reste du décor, les petits arbustes sont composés de lichen ramassé en forêt. Ce n’est pas le lichen tout mou que l’on retrouve en boutique de modélisme, mais plutôt un lichen dur et cassant. Un peu de colle, de persil haché et de peinture et vous avez votre petit arbuste.

La route est obtenue avec du Polyfilla sur lequel un lit de colle est appliqué pour ensuite y répandre de la litière pour chat concassée. La partie herbée est réalisée avec de l’herbe statique vendue en boutique. Comme vous pouvez le constater, mon article porte en grande partie sur la mise en scène et non sur la maquette elle-même. C’est sûr qu’un out-of-box n’appel pas beaucoup de commentaire, mais ceci reflète quand même bien mon attrait pour la confection du décor dans le modélisme.

Véhicule Ford GPA - Photos


 

1 thought on “« La crevaison » – Véhicule Ford GPA – Mario Julien”

  1. Une belle petite scénette que j’ai eu le plaisir de voir en vrai, elle vaut la peine d’être vue,vraiment bien réussie Mario, bon article aussi sur le décor , pas mal le truc de la grappe de raisins, je suis pas fort en botanique mais j’aime bien les fleurs blanches elles ont l’air réalistes. La figurine est superbe , on devine la déception du pauvre gars et la colère ou le découragement dans ses yeux Bravo Mario . 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *